Publié par

Les Perles fines

Les Perles fines ne sont pas cultivées, elles sont appelées également « perles naturelles ». Elles sont découvertes au hasard de la nature et produites par le système de défense d’une huitre ou d’un autre mollusque.

Un corps étranger s’introduit dans le mollusque qui sécrète alors tout autour de cet intrus de la nacre afin de se protéger. Les couches successives de nacre se superposent et forment, après plusieurs années, une Perle Fine.

Elles ne nécessitent à aucun moment l’intervention humaine et sont très rares (une ou deux Perles Fines pour plusieurs milliers de mollusques). Du fait de leur rareté et de la pollution le commerce des Perles Fines à de nos jours quasiment disparu.

Celles-ci étaient principalement utilisées depuis l’antiquité dans la création de bijoux et ornent encore les couronnes ou vêtements des grands monarques de l’Histoire.

Ce sont les perles qu’il est (était) possible de trouver en ouvrant un coquillage ‘sauvage’ ou élevé pour l’alimentation et en y découvrant une perle.

Auparavant, jusqu’aux trois-quart du XXe siècle environ, des plongeurs en apnée, sans matériel spécifique, plongeait à des endroits connus pour leur abondance en coquillage et la connaissance de découverte de perles.

Au Japon, les plongeurs était principalement des plongeuses. Ce sont ces femmes habituées à la plongée en apnée qui ont contribué à la réussite des recherches de Mikimoto Kōkichi pour développer la technique des perles de culture.

La recherche de perles fines s’est depuis lors arrêtée, principalement pour des raisons économiques (au sud de la méditerranée l’exploitation du pétrole se développant à mit un terme à une grande partie du travail artisanal, dont la pêche), mais aussi de danger, puisque la plongée en apnée est risquée.

La perle de culture, a petit à petit supplanté la perle fine en promettant au marché de la bijouterie traditionnelle la « perfection » sur plusieurs critères.