Publié par

Les perles de culture

Les perles de culture, comme le nom l’indique, sont cultivées. Le lieu de culture est d’ailleurs nommée une ferme de perles.

Il y a déjà 5000 ans, les chinois déposaient déjà dans des coquillages des tablettes d’argile ou de petites statuettes en jade afin qu’elles soient recouvertes de nacre. Il s’agissait des prémices de l’utilisation des mollusques pour produire des éléments recouverts de nacre avec l’aide de la nature.

Mikimoto Kōkichi a travaillé au Japon pendant de longues années afin de développer un ensemble de techniques permettant d’obtenir une perle sphérique en implantant un nucléus à un endroit précis d’un coquillage de type mollusque bivalve.

Le développement de ces techniques à permis d’obtenir plus facilement et en plus grande quantité des perles rondes, répondant ainsi à une demande de la bijouterie.

Le début du 20e siècle a vu apparaitre une controverse concernant le côté naturel ou non des perles de culture. Ces désaccords internes au domaine de la bijouterie se sont éteins d’eux-même du fait que l’Homme ne fait que déclencher le système de défense du mollusque, qui ensuite vit dans son environnement naturel.

Au début du 21e siècle la production mondiale de perles de culture s’est développée de manière importante, mais reste tout de même difficile puisque qu’il s’agit d’êtres vivant, dans un environnement aquatique qui n’est pas totalement maîtrisé.

La future perle reste pendant plusieurs années dans le mollusque avant d’être récoltée et que les perliculteurs puissent constater sa qualité. Les greffes ne produisent pas toutes une perle, il y a beaucoup de rejets par le mollusque.

Il ne suffit pas de produire des perles, car celles-ci étant par nature toutes différentes, une étape très importante est la sélection et le tri selon des critères précis.